Par un beau jour de printemps, j'ai fait une rencontre qui a changé ma vie :

IMG_7117 (1)

Sac home made par Habitat

Il gisait tristement, abandonné parmi les sacs en plastique ou en papier, dans un univers qui ne lui correspondait pas tellement : la cuisine de ma maman (là même où loge le sacàsac phallique). Heureusement, j'ai une maman adorable, qui voyant l'extase qui s'était emparée de moi, s'est empressée de me dire : "Si tu veux, je te le donne. D'ailleurs, j'avais pensé à toi en l'achetant."

La difficulté à ce moment-là réside dans le "si tu veux". Bien sûr que je veux !! Mais en même temps, je suis bien élevée (hein maman) alors je ne peux pas m'empêcher de faire des embarras : "Oh non, je ne vais pas te piquer ton sac, il est si joli, je ne voudrais pas t'en priver..." Tout réside dans l'art de refuser tout en laissant la porte ouverte. L'autre doit alors absolument revenir à la charge : "Mais si, mais si, ça me fait plaisir, il est pour toi." S'il réplique : "Comme tu veux, je le garde, alors", je suis cuite, l'affaire est réglée et je repars toute penaude et furieuse contre moi-même. Heureusement, ma mère me connaît bien, et j'ai bien été forcée d'accepter son beau sac.

Me voilà donc joyeuse, sautillante, mais aussi rongée par la culpabilité d'avoir défait ma mère d'un petit plaisir qu'elle s'était fait à elle-même (même si, on est bien d'accord, ce sac sera beaucoup plus heureux chez moi) et qu'elle trouvait d'ailleurs fort commode dans la vie de tous les jours.

C'est pourquoi (venons-en à la couture) j'ai décidé de lui remplacer son sac par un autre fabriqué rien que pour elle, dans des tons qui lui iraient comme un gant. Un cabas tout plat, fastoche ! Mais dans quel tissu ? Misère, je n'ai que des cotonnades trop fines et pas suffisamment solides pour résister aux assauts des poireaux ou des  journaux ! Et mes sites et boutiques préférés ne vendent pas ce type de coton épais. Où en trouver ??

C'est là qu'il est utile d'avoir un brin d'imagination.


Tiens, le beau tissu !

IMG_7116

Mais d'où vient-il ? De Monoprix, ma chère, hé oui, et pourtant il n'y a toujours pas de tissu au mètre chez Monop. Tu veux la vérité ?

 

Voici un torchon :

IMG_7120

Attention, tour de magie : abracadabra...

Voici un sac !

IMG_7110

IMG_7113

(J'ai même ajouté une petite poche intérieure - sans coutures visibles à l'extérieur !)

Tu veux le même ? (dis oui, ça me fera plaisir) (euh non, c'est pas moi qui vais te le faire, tu vas te débrouiller toute seule comme une grande, tu verras c'est facile.) En gros, tu prends un torchon, tu le plies en deux (petit côté contre petit côté), tu coupes le haut, quelques coutures et hop ! un joli sac pour faire les courses ou mettre ton dossier quand tu vas à un rendez-vous important.

MODE D'EMPLOI DETAILLE

1. Tu mets tes plus beaux bigoudis et tu te rends dare-dare au paradis des ménagères, j'ai nommé Monoprix. Vite, le bac des soldes au rayon maison, et hop ! tu déniches le torchon à rayures qui doit maintenant coûter 2€ à tout casser. Ou un autre, même un moche si tu veux, chacun ses goûts.

2. Attention : quand tu rentres chez toi, tu ne te mets pas illico à astiquer frénétiquement tes vitres ou ton parquet avec ton torchon tout neuf, mais tu te jettes sur ton découd-vite pour commencer la partie la plus fun de l'histoire : tu découds l'ourlet de ton torchon, youpi ! (Si tu t'en fiches d'avoir un sac un peu plus petit que le modèle, tu décapites sans pitié tous ces ourlets inutiles).

3. Deux heures après, une fois tous ces ourlets éliminés et tes yeux explosés, tu mets ton torchon à l'horizontale (bande en bas) et tu coupes le haut (là où il n'y a pas la bande) de manière à ce qu'il te reste un morceau d'environ 43,5 cm sur 72 cm.

4. Tu plies ton morceau en deux, extérieur contre extérieur, et tu couds le bas et le bord puis tu surfiles avec un point zigzag tout le long.

5. Ca commence à ressembler à un sac ! Avant d'aller plus loin, tu files à la mercerie (pour ma part, j'ai trouvé mon bonheur chez Entrée des fournisseurs) acheter du sergé gris foncé de 5 cm de largeur  et d'environ 1,15 m de long, que tu plies en deux sur toute la longueur (et tu surpiques tout du long pour maintenir). Puis tu coupes ta longue bande de sergé en deux morceaux égaux.

6. Si tu as envie toi aussi d'une poche intérieur pour y cacher tes cigares ou ton mouchoir brodé, tu découpes dans la chute de ton torchon deux rectangles (un de 18 x 12 cm, et un autre de 18 x 10 cm - ces mesures sont approximatives, je n'ai plus le sac pour vérifier), tu bordes de biais un des côtés de 18 cm du petit rectangle puis poses tes deux rectangles l'un contre l'autre pour former la pochette et tu bordes tout le tour (sauf le haut) avec un seul morceau de biais (mieux que moi, j'ai eu la flemme de faufiler avant, les coutures ne sont pas très belle à cet endroit-là, je déteste ça).

7. Courage, c'est presque fini ! Tu plies un revers de 1 cm puis 2,5 cm en haut du sac et avant de coudre, tu glisses le bout des anses pour les cacher dans l'ourlet (environ 1 cm caché) à 9 cm du bord extérieur du sac. Tu couds tout le long pour fixer l'ourlet, puis quand tu as fini, tu fais comme les pro, un X sur la base de chaque anse, ça fait chic.

Tu peux aussi ajouter plein de fioritures, mais comme c'est pas trop le style de ma mère, j'ai fait sobre. (Et elle a adoré, je suis trop contente.)

Voilà, mon amie, je ne suis pas sûre que tu seras contente d'avoir ces limpides explications, mais comme ça je me sens utile, c'est toujours ça. Allez, bonne journée !